Recours aux antibiotiques, seulement si nécessaire !

Partout dans le monde, les résistances aux antibiotiques progressent, avec le risque à terme de ne plus pouvoir soigner les maladies infectieuses. L’OMS et la FAO estiment qu’il faut sensibiliser le public à cette problématique.

Les antibiotiques sont des médicaments soumis à ordonnance qui empêchent la croissance des bactéries ou qui les tuent. Ils n’ont aucun effet lorsque les infections sont provoquées par des virus (ex. grippe, rhume), par des champignons (mycoses) ou par des parasites (ex. malaria).   

L’importance des antibiotiques

La découverte et l’utilisation des antibiotiques dans les années 1940 a permis de guérir des maladies bactériennes qui auparavant étaient fatales. Pneumonies, méningite, tuberculose, mais aussi de banals troubles dentaires ou des refroidissements sévères sont devenus plus facilement curables. D’autre part, les antibiotiques jouent également un rôle essentiel dans la prévention d’infections (avant des opérations, en cas de cancer et d’immunodépression par exemple).

On remarque à travers le monde, une tendance à une diminution de l’efficacité de tous les antibiotiques « de première ligne » et la résistance aux antibiotiques de « dernier recours ». En Suisse par exemple, les bactéries Staphylococcus aureus (staphylocoque doré) résistent à la méthicilline (SARM) et ne peuvent quasiment plus être combattues. Ce qui signifie une diminution de l’efficacité des traitements existants, avec pour conséquence une augmentation de la mortalité.

Raisons de l’augmentation de l’antibiorésistance

Les facteurs contribuant au développement accru de résistances sont les utilisations fréquentes et inappropriées de médicaments, par exemple le non-respect de la durée de prescription. De plus, la mondialisation joue également un rôle dans la propagation de résistances à l’échelle planétaire.

Stratégies de lutte

L’antibiorésistance concerne aussi bien la médecine humaine que la médecine vétérinaire, ainsi que l’agriculture et l’environnement. En conséquence, seule une approche systémique et intégrée (One Health) présente des chances de succès.

Un an après l’adoption par le Conseil fédéral de la stratégie nationale contre la résistance aux antibiotiques, on constate que plus de deux tiers des mesures prévues ont déjà été initialisées.

 

Sources bibliographiques

Journal Nous,samaritains      11-12/2017

Site web de la campagne www.star.admin.ch

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s