Blessures du pied

Il arrive à tout le monde de se tordre le pied, mais le gonflement qui en résulte peut s’expliquer par des lésions de différentes structures.

Les blessures graves

Parmi les blessures les plus sérieuses figurent notamment :

  • Les fractures
  • Les ruptures partielles du tendon d’Achille
  • Les déchirures ligamentaires et les ruptures des tendons péroniers

Les fractures

1.- Diagnostic :  gonflement, hématome, douleur en cas de pression sur l’os ou douleur spontanée. Seules des radios permettent d’établir un diagnostic fiable.

La personne blessée éprouve de l’instabilité ou une perte de force sur la pointe des pieds dès qu’elle essaie de marcher. Il ne faut en aucun cas répéter ces sollicitations, l’examen de l’articulation s’arrête là et il faut organiser un transport aux urgences.

2.- Premiers secours : compresses froides, mise au repos et en décharge (béquilles). Si nécessaire, administration de diclofénac (max. 50mg toutes les 8 heures). Les fractures nécessitent un transport en ambulance vers l’hôpital le plus proche.

3.- Suite du traitement : dépend des résultats de l’examen radiologique, soins conservateurs avec plâtre ou opération.

Rupture (partielle) du tendon d’Achille

1.- Diagnostic : il n’est plus possible de se tenir sur la pointe du pied blessé, mais il ne faut pas effectuer ce test ! Une dépression est visible à l’endroit de la rupture. Un diagnostic préliminaire peut être confirmé avec une échographie.

Gray442

Image: Henry Gary (1918) Anatomy of the human Body

2.- Premiers secours : compresses froides, mise au repos et en décharge sont absolument nécessaires. Si nécessaire, administration de diclofénac (max. 50mg toutes les 8 heures). Consultation au service des urgences de l’hôpital le plus proche.

3.- Suite du traitement : soins conservateurs ou chirurgie.

Déchirures ligamentaires et ruptures des tendons péroniers

Gray443

Image: Henry Gray (1918) Anatomy of the human Body

1. Diagnostic :

a) déchirures ligamentaires : hématome, gonflement, instabilité.

b) ruptures des tendons péroniers : rupture des tendons du groupe musculaire correspondant.

2.  Premiers secours : Compresses froides, mise au repos, bandage élastique. Mise en décharge grâce aux béquilles. Si nécessaire, administration de diclofénac (max. 50mg toutes les 8 heures). Une fois le gonflement et les douleurs dissipés (en général après 7 à 10 jours), une réévaluation par le médecin de famille est recommandée.

3.- Suite du traitement : si nécessaire, physiothérapie. Le cas échéant, faire un IRM.

Les blessures bénignes

Figurent notamment :

  • Les élongations
  • Les entorses

Premiers secours : compresses froides, bandage élastique, mise au repos et en décharge. Si nécessaire diclofénac (max. 50mg toutes les 8 heures. Emprunt de béquilles et si pas d’amélioration au bout de 10 jours, consultation du médecin traitant.

Remarque : les articulations du genou et de la cheville peuvent souvent continuer à être sollicitées, malgré une fracture. Pour exclure totalement cette possibilité, des radios sont impératives.

Sources bibliographiques

Journal  Nous,samaritains      01/2017 & 02/2017 & 03/2017

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s